Bouton Facebook
Portrait de Saint-Jean-Port-Joli

Socio-économique

À partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, la pénurie des terres agricoles poussera un grand nombre de jeunes à l'exode. Ils partiront pour les villes, les paroisses de colonisation, et vers le Lac Saint-Jean, les États-Unis ou l'Ouest canadien

Le train arrive à Saint-Jean-Port-Joli en 1858. Puis, en 1887, le premier tronçon du quai est construit. La Price Brothers exploite un moulin à scie au Trois-Saumons en 1895 et, la même année, le réseau téléphonique est installé. L'établissement d'une institution bancaire en 1905 reflète la prospérité de la paroisse. La naissance de l'industrie automobile et l'amélioration des routes en 1917 permettront l'arrivée des premiers villégiateurs francophones et anglophones. Le progrès de ces décennies engendrera le développement touristique estival.

Niveau de scolarité

Niveau de scolarité chez la population de 20 à 64 ans de la municipalité de Saint-Jean-Port-Joli en 2006 selon Statistique Canada.

Les taux de chômage de la municipalité et de la MRC s’établissaient respectivement à 6,0 % et 7,3 %. Quant au taux d’activité, il se situait à 59,3 % pour la MRC et à 55,4 % pour Saint-Jean-Port-Joli.

Le secteur secondaire est important pour Saint-Jean-Port-Joli ainsi que dans la MRC. Au cours des dernières années, ce secteur a connu un développement important en termes de création d'emploi et d'investissement. Le secteur tertiaire est plus développé au niveau des services et commerces de base. Cependant, Saint-Jean-Port-Joli se démarque au niveau régional au chapitre de l'hébergement et de la restauration avec de nombreux emplois dans ces secteurs d'activité. Cette caractéristique rend Saint-Jean-Port-Joli très sensible aux variations de l'industrie touristique.

Enfin, l'emploi à Saint-Jean-Port-Joli est dans l’ensemble relativement diversifié et peut, plus facilement que pour les autres municipalités de la MRC, supporter les variations économiques reliées aux secteurs primaires et secondaires.